stephkekette_v_rit__siouville

Texte basé sur une libre adaptation des aventures de Chuck Beinart.
Toute ressemblance avec une étape du Skim-Tour 2007 serait fortuite...
Photos envoyées aux BDB par le corbeau.
 

"Mission Sioutrique, viens là que je te montre ma trique"  

Ça me rappelle l'époque où Francesco, Reno et moi, on collait vraiment du Lourd!
On avait été envoyé en mission commando dans un trou du Cotentin, où c'est qu'y avait des choses bizarres qui se passaient!
Après trois jours de marche, ralentis par la chasse au sanglier intensive, imposée par Reno, on débarquait enfin dans le merdier...
Le Reno était intenable, dès que ça bougeait il canardait, comme à Dan Hang!!!
Le pire, c'est que ce con croyait que ces bestioles vivaient en terriers, comme les Viets, donc il les avoinait à la grenade pour les exploser par douzaine!!!

2007_05_19_20_Siouville__163_copie

En arrivant au bord de la plage, notre premier réflexe a été de bâillonner notre ami Francesco le partouzeur; en effet, des petites salopes étaient en train de se laver, nues, dans le mer, et se caressaient mutuellement le fion, la chatte et les meules!
Une fois Francesco maîtrisé, on aperçut un abri non loin de là, une sorte de tente, sous laquelle on allait enfin pouvoir mater les petites cochonnes sans se faire griller!
Eh ben figurez-vous qu'en arrivant sous le business, on s'est vite aperçu que ce n'était pas une tente, mais en fait un espèce de Druide, qui matait comme nous les jolies pucelles se bouffer les abricots, et qui, à cause du braquemart énorme dont il était doté, et de la toge qui l'habillait, donnait l'illusion parfaite d'un chapiteau!
Autant vous dire qu'il n'était plus question de nous cacher sous cette toge, avec des couilles en guise d'oreillers!
Le mec bougea finalement et nous dit:" putain les gars, faites chier merde! A cause de vous on va se faire cramer par les morues.... En plus j'étais là avant vous merde!!" .
Une fois debout, le garenne nous indiqua qu'il fallait le suivre, mais la discrétion n'était pas vraiment assurée...

Son gigantesque engin, dur comme du bois, tapait façon xylophone péruvien sur les arbres avoisinant!
Là, les petite putes nous grillèrent, et en se marrant commencèrent à chanter: "il se tape le bambou, il se tape le bambou !".

Erreur fatale; Francesco qui avait réussi à se libérer leur répondit immédiatement: "vous allez voir de ce que je vais en faire de mon bambou! Je vais vous l'enfiler profond façon Bilboquet ça va pas traîner!".
D'un coup, comme par magie, la marée monta, comme ça, aussi violemment qu'un tsunami.
Le temps de comprendre que cela provenait d’une surabondance de lubrifiant type « injection 5 », provoquée par la délicate proposition de Francesco, on entendit alors une gueulante éclater à côté.
C'était Reno, qui, alors qu'il mettait en place des explosifs au bord du rivage, pour une discrète pêche aux gros, s'était fait piéger ainsi que son gros bâton par la montée des eaux!

009Acopie020Acopie

Steph Colais qui était parti pisser, et qui ne connaissait pas la cause de la gueulande débarque et nous dit: "qu'est ce qui se passe ici, pourquoi autant d'excitation? On parle de partouze, c'est ça??"
Reno gueulait de plus belle lorsque les petites putains, laissées à elles seules l'espace d'un instant se mirent à hurler:

"les brumes! les brumes! Il va venir, Muchu-Fouf va débarquer! On est coincé, aidez-nous!!!"

Ni une ni deux, le Druide bondit prêt de la rive, et tel un chevalier brandissant fièrement sa lance, parvint à extraire avec sa tige les 4 jeunes filles, du merdier dans lequel elles étaient fourrées. 
Steph Colais me dit alors: "Mon petit père, on est au pays des brumes, dans l'entre des Vickings et du Muchu-Fouf, et dès que la brume se lève, il arrive...".
"Mais qu'est ce qu'il a de si terrible ce Muchu-Fouf?"
demandai-je alors.
"Il veut nous défoncer l'oignon et nous la coller en deep throat!" pleurnichèrent d'une voie tremblotante les 4 pucelles, qui, effrayées, et frigorifiées par le soudain changement climatique, s’agrippaient à toutes substances chaudes et dures, gage de sécurité!
« Je ne vois pas ce qu’il y a de si terrible ?! » s’interrogea Francesco….
« Eh ben quand tu l’auras dans le cul, tu feras moins le malin » répondit le Druide, qui avait l’air de savoir de quoi il parlait...

alive_le_porcin

Sur ce, un craquement retentit à côté de nous, mais celui là plutôt du style bouton de braguette...
Immédiatement je me retourne vers Francesco : « tu fais chier mec tu peux au moins te retenir jusqu’à tout à l’heure, on la fera ta partouze !!! », mais ce n’était pas lui, le bruit venait d’ailleurs, et tout d’un coup, une créature immonde surgit d’un bosquet et dit :

« Je suis le Muchu-Fouf, et je vais tous vous enculer ! » 

Les putes terrorisées tremblaient de plus en plus, leurs mains dans nos calfouettes, et faisaient maintenant apparaître trois grosses andouillettes (Steph Colais, lui, était toujours en extension, professionnalisme oblige), Reno, dont sa catin était agenouillée devant lui, ne voulant plus le lâcher, brandit ses mitraillettes, et, le cigare en bouche, commença à dégommer tout ce qui se trouvait autour de lui ! Francesco, que le bruit effrayait, en profita pour embarquer deux des salopes et leur proposa une touze ! Steph, se retourna violemment pour éviter le canardage de Reno, et assomma de sa matraque rigide le Ch'ti Yannoux, qui fut finalement achevé par des balles perdues de Reno !
Pendant ce temps, moi, je restais figé, immobile, paralysé par les vibrations de plus en plus forte de ma pompe à glue façon tremblement terre, amplitude 7 sur l’échelle du geyser !

2007_05_19_20_Siouville__171_copie2007_05_19_20_Siouville__169_copie2007_05_19_20_Siouville__173_copie2007_05_19_20_Siouville__172_copie

En parlant de geyser, autant vous dire que ce soir là, la purée ne manquait pas, on la balançait façon mousseline aux visages des convives! Question nourriture, on peut dire qu’elles ont été servies les salopes, d’autant plus que notre ami Francesco, immédiatement relayé par Steph Colais au rayon charcuterie, ont remis le couvert plusieurs fois ! A la fin de la nuit, c’était oignon farci pour tout le monde !!! Pour des filles qui redoutaient les parties de jambonneaux en l'air, je peux vous dire qu’elles ont bouffé du jabugo par tous les trous!
Enfin bref, après une nuit d’orgie au cours de laquelle les liquides coulaient à flot, et pas que dans des bouteilles, on s’est réveillé au beau milieu d’une marre naturelle, marécageuse, sentant l’air du large !
On a laissé les putes au chaud, dans leur jus, et on s’est cassé en se payant une bonne tranche de rigolade !